Actualités

Bulletin d'affaires n°83 !

  • Bulletin d’affaires

Ne confondons pas cession de fonds de commerce et cession de titres de société !

Au cours de l’exercice de notre profession, nous entendons très souvent :
« il n’y a pas de méthode d’évaluation pour mon activité » ou « il y a autant de méthodes d’évaluation que de cédants et de repreneurs d’entreprises » … Autant d’idées visant à ne pas objectiver la valeur de l’entreprise pour ne pas se remettre en question :

  • pour le cédant, ne pas avoir à souffrir de découvrir qu’il ne pourra pas obtenir le prix rêvé pour ses années d’effort ;
  • pour le repreneur, ne pas avoir à souffrir de découvrir qu’il ne pourra pas acquérir l’entreprise de ses rêves ;
  • pour le conseil habituel de l’entreprise, ne pas avoir à souffrir qu’il va peut-être perdre son client avec la cession ;
  • pour ceux qui s’improvisent conseil en cession et acquisition d’entreprises, ne pas avoir à souffrir de leur manque de professionnalisme.

Et pourtant …, tous les éléments sont bien connus depuis longtemps.
Tout d’abord, que veut-on évaluer ? :

  • le fonds de commerce ?
  • Les titres de société ?

Dans les 2 cas, il y a toujours à évaluer :
les éléments corporels (que l’on peut appréhender assez facilement) :

  • pour une cession de fonds de commerce, il s’agit des matériels nécessaires à l’exploitation de la clientèle,
  • pour une cession de titres de société, il s’agit d’appréhender les fonds propres retraités des valeurs économiques.

les éléments incorporels :

  • pour une cession de fonds de commerce, il s’agit de la valeur de la clientèle, de la marque …
  • pour une cession de titres de société, il s’agit d’appréhender la survaleur (Goodwill), écart entre la valeur de rentabilité et les fonds propres comptables.

NB : dans tous les cas, le terrain et les bâtiments liés à l’exploitation propriété de l’entreprise seront évalués à part.
Une évaluation professionnelle doit faire l’objet d’un rapport qui pourra servir de base à l’exposé des arguments lors de la négociation, à l’issue de laquelle sera défini le prix, résultat de l’accord entre les parties.
Le réseau SYNERCOM FRANCE, avec ses 20 associés et consultants, conseillent une soixantaine de transactions par an dans tout secteur d’activité, il apporte quotidiennement ce professionnalisme indispensable à la qualité des opérations de cessions et acquisitions.

Jean-Pierre VERGNAULT
SYNERCOM FRANCE CENTRE ATLANTIQUE

Retour