Actualités

Bulletin d'affaires n°99 !

  • Bulletin d’affaires

FUSACQ :
LES MUTATIONS A ANTICIPER

L’évolution du marché des cessions-transmissions des PME françaises progresse en moyenne de 5 % par an depuis une dizaine d’années avec environ 8000 transactions de PME par an.

S’il est encore principalement animé par des rapprochements entre entreprises dans des logiques de concentration, nous constatons le déclin lent mais réel des transmissions familiales et vivons l’arrivée de nouveaux acteurs qui modifient le marché et le stimulent.

Fait surprenant, dans une époque où tous les observateurs s’accordent à penser que les baby boomers dopent le marché des cessions, la réalité est bien différente puisque plus de la moitié des cédants de PME ont moins de 55 ans.

A l’opposé, les soixantenaires tardent de plus en plus à céder. Les actifs s’érodent, les parts de marché chutent avec la valorisation financière et le potentiel de trouver preneur. Le marché des fusacq vit un déséquilibre entre des générations de jeunes repreneurs (primo-repreneurs) et des cédants de plus en plus âgés qui n’ont pas les mêmes attentes de l’entreprise et qui éprouvent des difficultés à se rencontrer et à se comprendre.

Fait nouveau, les « serial-repreneurs » cultivent l’envie de vivre plusieurs expériences professionnelles et sont prêts à céder dès qu’une nouvelle opportunité se présente donc, à vendre l’entreprise développée puis à réinvestir en France mais aussi à l’étranger.

Les « primo-repreneurs », essentiellement composés d’anciens cadres dirigeants, rêvent de trouver la pépite à crédit mais les financiers prêteurs serrent le robinet depuis 2008 quand le capital investissement regorge de liquidité. Après tout, les nouvelles générations de repreneurs sont-elles si attachées à la propriété totale de l’entreprise, apanage de leurs aînés ?

Dans ce contexte de changement, comment faire se rencontrer repreneurs qu’ils soient serial ou primo-repreneurs avec des cédants qui ne sont plus forcément sur la marche du départ à la retraite ? Comment faire se rencontrer et s’accorder repreneurs et investisseurs si les banques prêtent moins que par le passé ? Les conseils en rapprochement que nous sommes ont un rôle clef à jouer dans ce nouvel environnement.

SYNERCOM FRANCE, fort de ces 30 années d’expériences et de ses 1000 opérations est au cœur de ces nouveaux enjeux.

Présents au cœur des territoires et dotés d’une méthodologie de travail unique, les 8 associés du réseau SYNECOM FRANCE forment un maillage performant et se positionnent comme les partenaires indéfectibles des autres conseils dans l’orchestration des processus de cession et/ ou d’acquisition.

Victor-Emmanuel MINOT

Retour